Catégories
Actualités rurales

Le seigle contaminé a peut-être été le véritable coupable des procès des sorcières de Salem

Les procès des sorcières de Salem ont confondu les historiens pendant des siècles. Les experts ont débattu de la cause de ce sombre chapitre de l'histoire du XVIIe siècle qui a vu 20 personnes exécutées après avoir été accusées d'avoir ensorcelé des filles à Salem, dans le Massachusetts.

Certains pensent qu'une bataille à proximité dans les guerres amérindiennes a peut-être contribué à l'hystérie qui a dévoré la ville. D'autres pensent que les filles ensorcelées agissaient simplement à cause d'un sentiment de rébellion chez les adolescentes. Mais une autre théorie est que ces événements peuvent avoir été déclenchés par une cause liée à l'agriculture: du pain contenant un champignon hallucinogène appelé ergot.

Les procès ont commencé au printemps 1692 après que deux filles de Salem aient été signalées en train d'halluciner, de se lancer des crises, d'émettre des sons étranges et de se contorsionner. Des expériences similaires ont été enregistrées chez six autres filles et un total de 150 personnes ont été accusées de sorcellerie dans les procès qui ont suivi. Dans les années 1970, Linnda Caporael, étudiante diplômée de l'Université de Californie à Santa Barbara, a proposé la théorie selon laquelle ces filles agissaient de cette façon parce qu'elles ingéraient le champignon ergot. Ce champignon peut se développer dans le seigle, le blé et d'autres céréales, et s'il est consommé, il peut provoquer une affection appelée ergotisme. Certains des symptômes de l'ergotisme comprennent les spasmes musculaires, la psychose, les doubles visions, la nausée et la transpiration – un peu comme ce que ces jeunes filles ressentaient supposément.

L'ergot prospère dans les climats chauds et humides. Caporéal, qui est maintenant un professeur à la Institut polytechnique Rensselaer, fait son cas dans un papier qui a fait valoir qu'il y avait des conditions météorologiques marécageuses dans la région ouest du village au cours de l'année précédant le début des essais de sorcières, ce qui aurait permis au champignon de se développer. Elle a également noté que les deux premières filles étaient probablement nourries avec des céréales provenant de cette région et que les autres vivaient dans l'ouest.

Certains universitaires sont d'accord avec Caporeal, mais un certain nombre ont également contesté sa théorie. Nicholas Spanos et Jack Gottlieb, deux psychologues au Canada, ont notamment écrit un rapport qui visait à démanteler certains aspects de la argument de l'ergotisme. Ils ont affirmé que ce type d'ergotisme se produit généralement dans les populations qui manquent de vitamine A dans leur alimentation, mais comme le village était situé sur la côte est, ils disent que les gens auraient accès au poisson et à d'autres importations qui auraient évité une carence .

Ils ont également dit que si l'ergot était dans l'approvisionnement alimentaire, les symptômes auraient été ressentis maison par maison et non chez certaines personnes. Et les symptômes courants comme les vomissements, la diarrhée et la peau décolorée ne se sont pas présentés chez les personnes atteintes. Spanos et Gottlieb évoquent des témoignages qui disaient que les filles étaient normalement jusqu'à ce qu'un accusé soit entré dans une pièce. S'ils avaient de l'ergotisme, ils disent que ce comportement ne se serait pas exprimé de cette façon.

La théorie de Caporael n’est pas la seule à avoir été examinée par les universitaires. Suzy Witten, l'auteur de Les filles affligées, fait valoir que les victimes auraient pu être empoisonnées avec de l'herbe jimson. La plante, qui fait partie de la famille des morelles, peut provoquer des hallucinations.

Bien qu'il existe de nombreuses théories, le mystère persiste autour de ce qui aurait pu causer les procès des sorcières de Salem. Nous ne saurons peut-être jamais pourquoi ils se sont produits, mais nous pouvons être rassurés de savoir que ces événements – qui ont inspiré des films assez effrayants – n’ont pas été causés par de vraies sorcières. (Du moins je l'espère.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *