Catégories
Actualités rurales

La résilience des systèmes alimentaires en tête de l'ordre du jour du sommet de l'AGRF

Les actions visant à renforcer les systèmes alimentaires africains au lendemain de la crise du Covid-19 ont alimenté les discussions du Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF) de cette année.

Tenu dans un format virtuel pour la première fois cette année en raison de la pandémie en cours, le thème du Sommet 2020 était «Nourrir les villes, développer le continent: tirer parti des marchés alimentaires urbains pour mettre en place des systèmes alimentaires durables en Afrique».

L'événement a souligné à quel point le sort des zones urbaines est devenu tangible pendant la pandémie, alors que les vulnérabilités du système alimentaire ont été exposées et que les grandes villes africaines qui dépendent des importations continuent de lutter contre l'insécurité alimentaire imminente à la suite des verrouillages. Dans le même temps, les villes du continent sont confrontées à des défis supplémentaires – tels que la pauvreté et le changement climatique – qui aggravent la situation.

Le Sommet de cette année était donc centré sur quatre thèmes – résilience, nutrition, systèmes alimentaires, marchés et commerce – et comprenait un mélange de sessions comprenant des tables rondes, des tables rondes et des salles de marché.

Stratégies de sécurité alimentaire

La résilience était à l'ordre du jour depuis le début du Sommet, avec l'Envoyée spéciale des Nations Unies au Sommet sur les systèmes alimentaires de 2021 et la présidente de l'AGRA, Dr.Agnes Kalibata, qui a donné le coup d'envoi de l'événement à Kigali, au Rwanda.

«Nous devons rebondir mieux que jamais, au-delà de simplement survivre aux chocs dont nous avons été témoins», a déclaré le Dr Kalibata dans son discours d’ouverture, soulignant que nourrir les villes sera crucial, car le rythme d’urbanisation de l’Afrique est le plus rapide au monde.

Dr Agnes Kalibata discutant des conclusions du rapport sur l'état de l'agriculture en Afrique 2020.

Cela a été souligné par le lancement du Rapport sur l'état de l'agriculture en Afrique (RAA), qui a souligné l'importance d'assurer la sécurité alimentaire des consommateurs urbains.

Un aperçu des principales conclusions du rapport a été fourni par Steven Haggblade, professeur de développement international à la Michigan State University, qui a noté que l'Afrique pourrait devenir majoritairement urbaine avant 2035, ce qui est la projection officielle de l'ONU.

Approches inclusives

Une session sur les stratégies dirigées par les femmes pour la résilience agricole a été présidée par Åslaug Marie Haga, Vice-Présidente associée du Fonds international de développement agricole (FIDA), qui a souligné que les crises n'affectent pas tout le monde de la même manière. Soulignant le rôle vital des femmes dans les systèmes alimentaires africains – produisant 80 pour cent de la nourriture en Afrique subsaharienne – elle a soutenu que l'autonomisation des femmes créera des chaînes de valeur agricoles plus résilientes, équitables et durables.

La perspective du genre a été examinée plus en détail dans une table ronde sur la promotion du genre et de la nutrition, avec des orateurs plaidant pour l'agriculture urbaine, un accent sur la sécurité alimentaire et l'assainissement, et le renforcement de l'innovation.

Pendant ce temps, les agriculteurs de tout le continent ont eu la chance d'exprimer leurs expériences au Forum des agriculteurs, couvrant divers sujets allant des chaînes de valeur aux inégalités, ainsi que l'impact de la pandémie sur le secteur agricole.

Le Dr Theo de Jager, Président de l’Organisation mondiale des agriculteurs, a conclu la session en appelant à l’inclusion.

«Ne laissez personne de côté, personne ne peut être exclu. Nous devons nous assurer de lutter contre la pauvreté et la faim – et si un secteur peut créer cette richesse, c'est bien l'agriculture. Faisons des petits exploitants des hommes d’affaires et des femmes d’affaires rentables », at-il déclaré.

Faire progresser l'agriculture grâce à l'innovation

L'innovation a occupé le devant de la scène avec la finale du prix GoGettaz Agripreneur, au cours de laquelle 12 jeunes agripreneurs de 10 pays ont présenté leurs idées d'agro-industrie pour courir la chance de gagner 100 000 dollars.

Les lauréats de cette année étaient Daniella Kwayu, fondatrice de la plateforme d’investissement agricole Phema Agris, et Moses Katala, co-fondateur de MagoFarm, une start-up qui se concentre sur la production de protéines biologiques à partir d’insectes.

Le prix de l'alimentation en Afrique 2020 a été décerné conjointement au Dr André Bationo et au Dr Catherine Nakalembe pour leurs contributions à l'amélioration de la sécurité alimentaire en Afrique.

Le Dr Bationo a été reconnu pour l'amélioration de la technologie de micro-dosage des engrais et le renforcement des systèmes de crédit d'inventaire en Afrique de l'Ouest, tandis que le Dr Nakalembe a reçu l'honneur d'améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles en utilisant la technologie satellitaire pour exploiter les données pour une meilleure prise de décision agricole.

Regard vers le futur

Les derniers jours du Sommet ont exploré les marchés et le commerce au sein des systèmes alimentaires, se terminant par une table ronde présidentielle de haut niveau pour résumer les résolutions de la semaine, avec d'anciens et actuels chefs d'État et dirigeants d'organisations intergouvernementales.

Le Sommet présidentiel a eu lieu le dernier jour de l'AGRF.

IL. Paul Kagame, Président de la République du Rwanda, a encouragé la jeunesse africaine à prendre l’initiative de façonner l’avenir de l’agriculture du continent lors de l’événement annuel de la mairie. Poursuivant cet appel à l'action dans son discours de clôture lors de la discussion de haut niveau, il a également souligné l'importance d'assurer des liens entre les agriculteurs ruraux et les marchés urbains.

«L'agriculture est essentielle et nous devons maintenir le cap malgré Covid-19. Nous aurons besoin d'une meilleure collaboration sur l'espace budgétaire, et nous devons maximiser les opportunités autour de la technologie, de la jeunesse, du genre et de la zone de libre-échange continentale africaine », a-t-il déclaré.

Le dixième sommet annuel de l'AGRF a attiré plus de 10 400 délégués de 150 pays, dont six chefs d'État africains actuels, et a été co-organisé par le gouvernement du Rwanda et le Groupe des partenaires de l'AGRF.