Catégories
Actualités rurales

La Chine envoie son premier rover sur Mars avec la mission Tianwen-1

Par Leah Crane

Image par défaut du nouveau scientifique

Représentation par un artiste du premier atterrisseur et rover sur Mars en Chine

CNSA

La destination la plus chaude de cet été est Mars. Le 23 juillet, la Chine lance la mission Tianwen-1 sur la planète rouge – l'une des trois missions sur Mars lancées cette année.

C’est la deuxième mission interplanétaire de la Chine, mais la première que la nation a lancée de son propre chef. L’autre, appelé Phobos-Grunt, était une collaboration avec la Russie qui n’a pas réussi à sortir de l’orbite terrestre après son lancement en 2011.

Cette nouvelle mission, appelée Tianwen-1 – qui se traduit par «questions au ciel» – se compose d'un orbiteur, d'un atterrisseur et d'un rover. «C’est très ambitieux car il s’agit d’une mission en quatre volets: il y a le lancement, la mise en orbite, l’atterrissage et le rover, et chaque pas doit se dérouler correctement», déclare Laura Forczyk, consultante spatiale.

Publicité

Et toutes ces étapes doivent aller droit du premier coup, un exploit qu'aucun autre programme spatial n'a accompli lors d'une mission sur Mars en raison de la difficulté notoire d'y atterrir. «Aucune mission planétaire n’a jamais été mise en œuvre de cette manière», ont écrit plusieurs scientifiques de la mission dans un article paru dans Astronomie de la nature. «En cas de succès, cela signifierait une avancée technique majeure.»

Si tout se passe bien, Tianwen-1 arrivera sur Mars en février 2021 et l'atterrisseur et le rover atterriront deux ou trois mois plus tard. Ils prendront des photos de la surface, mesureront la composition du sol, feront des observations radar de la structure souterraine de la planète et observeront le champ magnétique de Mars.

En raison de l'environnement difficile sur Mars, le rover devrait durer environ 90 jours martiens en surface. Il pèse environ 240 kilogrammes, soit à peu près la même taille que le rover chinois Yutu-2, qui parcourt actuellement la face cachée de la lune. «La mission chinoise de l'autre côté de la lune a été un énorme succès, alors ils s'appuient maintenant sur ce succès», déclare Forczyk.

L'orbiteur, qui transmettra les données de l'atterrisseur et du rover aux scientifiques sur Terre, transporte également sa propre suite d'instruments scientifiques. Il possède deux caméras et un spectromètre, qu’il utilisera pour créer une carte de la composition minérale de la surface de Mars, ainsi que des radars et des détecteurs pour examiner les particules dans l’atmosphère martienne. Il recherchera également des dépôts de glace d'eau qui pourraient être utiles aux futurs explorateurs.

Tianwen-1 ne sera pas seul sur l’orbite de Mars. Les Émirats arabes unis viennent de lancer leur première mission sur Mars, et le rover Perseverance de la NASA devrait également être lancé le 30 juillet. Toutes ces missions se lancent en même temps car Mars est à son plus proche de la Terre en ce moment, un événement qui se produit une fois tous les deux ans. Ils arriveront sur Mars à peu près au même moment et devraient nous aider à mieux comprendre à la fois à quoi ressemble Mars maintenant et son histoire.

«Plus nous apprenons à quoi ressemble vraiment Mars et comment nous pouvons y opérer de manière robotique, alors ces leçons peuvent être appliquées à de futures missions humaines», déclare Forczyk. L'agence spatiale chinoise a déjà annoncé son intention d'envoyer des humains sur Mars dans les décennies à venir, de sorte que les connaissances acquises grâce à Tianwen-1 pourraient aider ces astronautes à survivre sur Mars et à y explorer.

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite Launchpad pour un voyage mensuel à travers la galaxie et au-delà

En savoir plus sur ces sujets:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *